,
Retour au menu



Retour au menu - Caricature de Rossini

Plan du site
Les brèves du site
Réactions aux articles
 
Statistiques
 
Participer
Espace rédacteurs
 




Des liens à suivre ...

  • Opéra de Barie
  • Vocalises.net
  • Renault Primaquatre
  • Rénovation Maison
  • Le site des pinasses
  • Terre des graves
  • Opérette ANAO
  • Le Melody
  • Rocade Bordelaise
  • Les Délassements comiques


  • Qrcode Opéra de Barie
    En réponse à:
    Divorce musical

    En réponse au message :
    Divorce musical

    Je dois dire, Jean-Marc, que j’abonde tout à fait dans ton sens sauf que le problème ne vient pas des oeuvres que tu cites (Messe de St. Cécile de Gounod ou requiem de Verdi), oeuvres que je trouve somptueuses (bien que ce genre de musique puisse ne pas trop plaire à certains j’en conviens). Le problème vient du fait qu’on ne peut pas se permettre de donner ce genre d’oeuvre avec un effectif insuffisant et avec pour tout accompagnement un piano (même si le pianiste est de très haut niveau). J’ai chanté cette messe de St Cécile comme baryton soliste et une autre fois dans le choeur mais à chaque fois il y avait derrière l’orchestre adéquat et un choeur de 200 personnes, le tout donné dans une cathédrale. Je peux te dire qu’aussi bien côté public que côté chanteurs ça remuait les tripes et que le moment fut magique. Je ne parlerai pas du Requiem de Verdi qui est une colossale machine de guerre qui ne peut souffrir de lacunes que ce soit au niveau de la qualité et du volume du choeur comme au niveau de la qualité des solistes et de l’orchestre censé la jouer. S’il y a ce qu’il faut c’est magique, si on veut jouer ce genre de musique avec des bouts de chandelles (en d’autres termes péter plus haut que son c..) on ne peut pas susciter d’autres sentiments que ceux que tu expose ici à juste titre et on a l’impression de faire du clinquant comme tu dis.
    Je crois qu’il faut savoir choisir le genre de musique que l’on veut jouer en concert en fonction des moyens que l’on a. Il vaut mieux donner proprement un requiem de Mozart, une missa di gloria de Puccini, ou un requiem de Fauré, moins exigeants en effectif et orchestre qu’un requiem de Verdi ou une messe de St Cécile de Gounod dont la beauté sera sabotée par la pauvreté d’un choeur et l’abscence d’orchestre. Il faut que ceux qui décident de la programation d’une oeuvre soient conscients des limites de leur structure et de leurs moyens. C’est une forme de respect de la musique, du public qui paie sa place et des chanteurs amateurs qui paient aussi pour chanter.

    modération a priori

    Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

    Qui êtes-vous ?
    Votre message
    • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.